A vingt minutes de Camoins les Bains, le touriste rencontre un tout petit village, remarquable par le charme et l'originalité de sa position. Construit sur des rochers abrupts, aperçu seulement du côté des Camoins ou des Accates, il se détache étrangement sur le fond bouleversé des montagnes d' Allauch..........ainsi écrivait l'abbé AGNEL en 1904. Le nom de la Treille et plusieurs hameaux avoisinants fut donné au quartier qu'à partir du XVème siècle. Un acte du 2 janvier 1486 désigne une terre de Guilhem PAUL dit la Treille. C'est donc l'origine du village. Aujourd'hui tout à bien changé, la Treille bien qu'ayant l'aspect d'un village (et Marcel Pagnol dans ses œuvres l'a tellement sanctifié en village, avec le Maire, l'Instituteur, et le Curé) que beaucoup de visiteurs ont du mal à croire que nous sommes à Marseille dans le 11ème arrondissement. Nous sommes desservi par la ligne de bus n°12 qui va directement au terminus du métro à la station de la Timone. Des lotissements et des constructions neuves fleurissent à tous les coins des chemins. Des centres commerciaux et un complexe de douze cinémas se sont construits à la Valentine (qui n'est qu'à 3 kms).
Malgré toute cette activité commerciale qui grouille à nos portes, la Treille est tranquille, car on ne passe pas à la Treille, on y vient, car notre route est un cul de sac.
Marcel Pagnol et sa famille vont venir à la Treille à partir de 1904, ils loueront la Bastide Neuve qui est au hameau des Bellons (sur la commune d'Allauch), ils y passeront toutes les vacances, les petites et surtout les grandes. Lorsqu'en 1933 Marcel Pagnol tourne son premier film en extérieur, c'est tout naturellement vers "son" village qu'il pense, il tourne "Jofroi". Suivrons d'autres films inoubliables, tournés dans les collines, dans le vallon de Marcellin, sur les Barres du St-Esprit, dans le Vallon de Passe-Temps, dans le village d'Eoures qui est tout près. Ainsi Marcel Pagnol va sanctuarisé ces lieux qu'il a arpenté en compagnie de Lili des Bellons son petit copain et voisin. Il reviendra à la Treille en louant "La Pascaline" pour le tournage en 1952 de "Manon des Sources" et après la disparition prématurée d'Estelle, il y écrira les premières pages de ses "Souvenirs d'Enfances". Et c'est tout naturellement qu'il choisira d'y reposer pour l'éternité, depuis 1974 dans le caveau construit par son ami Marius Broquier le maçon de la Treille. En août 2016 Jacqueline son épouse l'a rejoint.
Carte-1877-La-Treille-Alfred-Saurel
la-treille-amisdemarcelpagnol

La Treille en images